Le Fort Saint-André

Fort Saint-André

Villeneuve-lez-Avignon

Exposition "Notes sur un oreiller blanc" de Susanna Lehtinen du 3 avril au 9 mai 2021

Pour la deuxième année consécutive, le Fort Saint-André s’inscrit dans la programmation du Printemps du dessin du 3 avril au 9 mai 2021.
L’artiste invitée cette année au Fort Saint-André est Susanna Lehtinen : http://susannalehtinen.com

 « Notes sur un oreiller blanc » est une invitation à la poésie. Tout en légèreté, les oeuvres de Susanna Lehtinen sont épurées pour ne traduire que l’essentiel. Elles s’invitent en toute discrétion et en parfaite harmonie, dans le Fort Saint-André autour de deux séries : « Quantus firmus » et « Eidôlon ». 

Dans la musique médiévale, le cantus firmus est une mélodie qui sert de base à la polyphonie. C’est un chant fixe autour duquel tout s’ordonne. Cette série à l’encre sur papier révèle de fines touches, presque imperceptibles, qui donnent naissance à d’infinis paysages. Susanna essaye ici « d’exprimer les réseaux d’énergie qui animent la matière du réel, selon les modèles du physicien Schrödinger pour atteindre cette simplicité qui est la poésie du monde ». Pas seulement à travers la science physique, son oeuvre s’inspire aussi de la poésie de l’écrivain et poète suisse Robert Walser qui à la fin de sa vie, a développé l’écriture miniature, une minuscule écriture au crayon digne d’un chef d’oeuvre de calligraphie. 

La série « Eidôlon », du terme grec qui peut se traduire par simulacre, fantôme ou encore apparition, renvoie à ce que Susanna nomme « l’image âme » ou « image fantôme ». A force de questionnement sur la représentation par l’image, l’artiste en « est venue à côtoyer ses propres fantômes », faisant référence à l’Enormon d’Hippocrate et l’Eidôla d’Epicure. Une façon de représenter l’intangible, ce qui est de l’ordre du ressenti. Par l’usage de la peinture dorée, ces « eidôlons » ne sont pas sans nous rappeler l’enluminure médiévale et trouvent toute leur place sur les murs centenaires du Fort Saint-André. 

« Les paysages nordiques où l’hiver couvre toute chose d’un linceul immaculé fait que le détail, la légèreté de l’expression prend toute sa force, sa signifiance. Ainsi le blanc fait ressortir l’importance du moindre détail, révélant à la fois l’immensité et ce qui peut de prime abord paraître insignifiant. Importance de la confrontation du vide et du plein. » 

quantus firmus leger

© Susanna Lehtinen - Quantus firmus leger

© Isabelle Fouilloy Jullien
© Isabelle Fouilloy Jullien

Informations pratiques

Tarifs et réservations sur http://www.fort-saint-andre.fr/Actualites/le-mois-du-dessin-au-fort-Saint-Andre

Fort Saint-André
30400 Villeneuve-lez-Avigon
Tel. +33 (0)4 90 25 45 35

http://www.fort-saint-andre.fr/

Présentation du Fort Saint André

Un rôle stratégique. Commandité à la fin du XIIIe siècle par Philippe le Bel, l'ouvrage n'est réalisé que dans les années 1360 sous Jean le Bon, sur la frontière avec le Saint Empire Romain Germanique et à proximité de la résidence des papes à Avignon.

Un symbole du pouvoir royal.Le fort possédait une garnison permanente, une cour de justice et une prison conservant des graffiti de détenus des XVIIIe et XIXe siècles. Son rôle stratégique est remis en cause après 1480, lorsque la Provence est rattachée au Royaume de France. Des soldats occupèrent le site jusqu'en 1792.

© CMN

EN 2020

Activités et Conférences avec Rose Lemeunier

> Exposition « à nouveau le paysage » de Rose Lemeunier du 19 septembre au 14 octobre 2020

Samedi 19 septembre 2020 :

  • de 9h30 à 11h : visite conférence de l’artiste (gratuit sur réservation au 04 90 25 45 35)
  • de 14h à 16h30 : atelier de pratique artistique à la manière de l’artiste (12€ sur réservation au 04 90 25 45 35).

Attention jauge très limitée.

>  Exposition de l’artiste peintre Silvia CABEZAS PIZARRO du 29 février au 6 mars 2020

Samedi 29 février 2020 :

  • 10h à 11h30 visite et conférence par l’artiste.
  • 14h à 16h30 atelier adultes et adolescents. Il sera proposé aux participants de composer une œuvre à partir d’une photo du monument

"Mon travail exploite l’image numérique, que je sélectionne durant mes recherches sur le terrain, à la rencontre des mutations du vaste territoire périurbain (terrains vagues, terrains à bâtir, vues d’autoroute...).

Dans une seconde étape, je crée sur mes photos, au scalpel ou au crayon, un autre paysage, naturel.Je creuse ces traces qui semblent vouloir retrouver, dans l’épaisseur du papier, un paysage évanoui. Tout se passe comme si le support photographique était grignoté, à l’image du paysage réel lui-même,mité, démembré, dénaturé.

En même temps, paradoxalement, en « torturant » plastiquement l’image initiale, je cherche par sa métamorphose progressive à affirmer la force de résilience de la nature."

Rose Lemeunier

Rose sept ton blanc